Il successo del Washington Post

Eppure, come si può leggere sul sito del Sole 24 Ore stesso, le soluzioni per uscire da una crisi, ancorché profonda, esistono. L’esempio citato dal portale del quotidiano milanese è quello del Washington Post, storica testata americana che nel 2013 versava in una crisi economica senza precedenti nella sua lunga e gloriosa storia. Quando però la famiglia Graham, che gestiva il quotidiano da generazioni, ha deciso di cedere la mano a Jeff Bezos, il Ceo di Amazon, le cose sono cambiate in modo radicale. Nuove assunzioni, contenuti multimediali a corredare gli articoli e catturare l’attenzione di nuovi, potenziali lettori. Un circolo virtuoso che nel suo moto coinvolge le logiche social, i nuovi canali di comunicazione, le visite sul sito, gli introiti pubblicitari. Dalle grandi perdite (un meno 44% l’ultimo bilancio dei Graham) ai profitti nuovi di zecca, quello del Washington Post è stato un viaggio di sola andata verso un rinnovato successo. Risollevarsi, insomma, si può: bisogna però investire e saper guardare al futuro. (Stampaprint, 16 gennaio 2017)

Thomas URBAIN
Agence France-Presse
New York

À coup de scoops, distillés quasi-quotidiennement, le Washington Post et le New York Times règnent sur la couverture de l’administration Trump, pour laquelle ils ont déployé des moyens inédits et inégalés.

L’affaire Michael Flynn, l’ancien conseiller de Donald Trump en matière de sécurité contraint à la démission? Révélée par le Washington Post.

Donald Trump qui demande au directeur du FBI James Comey de renoncer à son enquête sur Michael Flynn? Le New York Times, cette fois-ci.

Le président qui se vante aux diplomates russes d’avoir renvoyé James Comey? Les discussions entre le conseiller de Donald Trump, Jared Kushner, ou le procureur général des États-Unis Jeff Sessions, et ces mêmes Russes? Toutes ces informations qui ont nourri l’actualité ces derniers mois ont été dévoilées par l’un ou l’autre des deux grands quotidiens américains.

D’autres médias, la chaîne câblée CNN notamment, ont sorti quelques scoops, mais rien de commun avec ces deux locomotives de l’info.

«Je pense que la perception correspond à la réalité. Ils sont les médias dominants», constate Joel Kaplan, professeur de journalisme et communication à l’université de Syracuse.

Du Watergate aux «Pentagon Papers» (sur l’implication des États-Unis au Vietnam), le Times et le «WaPo» ont derrière eux des décennies de journalisme d’investigation ponctuées par de nombreuses révélations.

Auto-proclamés vigiles de la présidence Trump, ils sont plus que jamais une destination naturelle pour ceux qui, au sein de l’administration, veulent parler sans se dévoiler.

Mais pour beaucoup, les résultats obtenus depuis l’investiture de Donald Trump sont aussi le produit de moyens exceptionnels.

Le New York Times dispose aujourd’hui de six journalistes couvrant la Maison-Blanche, appuyés par une équipe d’investigation qui comprend cinq personnes supplémentaires.

En janvier, le quotidien a débloqué cinq millions de dollars pour la couverture de la nouvelle administration Trump, alors même qu’il mettait la dernière main à un plan de départs volontaires.

L’équipe du Washington Post affectée à la présidence est, elle, forte de huit membres, et un porte-parole explique que «plusieurs équipes» contribuent à suivre l’actualité du gouvernement.

Pour Gabriel Kahn, professeur de journalisme à l’université de Californie du sud (USC Annenberg), cette mobilisation est sans précédent.

«Ils sont vraiment les seuls médias qui disposent des ressources pour faire ce genre de papiers», estime Joel Kaplan.

Quotidiens, magazines, sites, voire chaînes d’information, personne d’autre n’a cette force de frappe.

«Renaissance de l’information»

À la clé, il y a bien plus que la fierté de quelques journalistes. Entre septembre 2016 et mars 2017, le New York Times a ainsi gagné 644 000 abonnés.

Détenu en direct par le fondateur d’Amazon Jeff Bezos, le Washington Post ne publie plus ses résultats, mais son directeur de la publication Fred Ryan a indiqué fin décembre que le nombre des abonnés en ligne avait bondi de 75% en 2016.

«Ils essayent de tirer profit de (cette couverture) pour faire croître leur audience et le nombre de leurs abonnés», observe Rick Edmonds, spécialiste de l’économie des médias au sein de l’institut indépendant Poynter.

Cette qualité éditoriale est ainsi utilisée comme puissant outil de promotion par les deux quotidiens, qui cherchent à se positionner à part des autres médias.

«Il est reconnu de plus en plus largement hors de nos murs que le Times est vital pour l’avenir du pays», ont ainsi écrit, cette semaine, le directeur de la rédaction du New York Times Dean Baquet et son rédacteur en chef Joseph Kahn.

Au-delà des lecteurs traditionnels, «les jeunes ne lisent pas les journaux, mais ils regardent leur téléphone, leur tablette, et se disent: cette information est importante pour moi et vaut la peine de payer», explique Joel Kaplan.

La révolution internet, avec l’émergence des réseaux sociaux et des «pure players», ces sites d’information sans support papier, combinée à la domination des chaînes d’information, avait brouillé les repères, au détriment des quotidiens.

Mais depuis l’élection présidentielle, une hiérarchie claire s’est de nouveau établie.

«C’est la renaissance de l’information», se félicite Joel Kaplan. «La valeur de l’information (…) a radicalement changé ces six derniers mois. C’est quelque chose que l’on n’avait jamais vu auparavant».

Fini les filtres, les détours, souligne Joel Kaplan, «les gens veulent aller à la source de l’information». (lapresse.ca, 6 juin 2017)

 

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...